top of page
jean-daniel-calame-FH7M-MWQzpA-unsplash.jpg

NOTRE HISTOIRE

Les origines de Clivaz Conseils

A L’ORIGINE, L’HISTOIRE D’UNE FEMME

Il est rare qu’on se lève un matin en se disant «tiens, et si je fondais une SA». Derrière la façade d’une entreprise se dessine souvent un vécu riche et complexe. L’histoire de Clivaz Conseils SA se confond ainsi avec celle de Rose-May Clivaz. Née pendant la 2e guerre mondiale (le 20 décembre 1942) à St Léonard (VS), Rose-May Hagen est la fille d’un mineur issu du Haut-Valais et d’une maman née Morand. Sauvée de justesse au 3e jour de son existence, la petite Rose du printemps connait très tôt la fragilité de la Vie. Dès ses premiers instants, l’aînée de la famille sait qu’elle ne pourra compter que sur elle-même. C’est ainsi qu’elle marche à 9 mois, perd son père à 6 ans, travaille à la vigne à 7 ans, fugue à l’annonce du remariage de sa mère à 9 ans, devient la maman de ses sœurs à 10 ans, voit mourir sa petite sœur Madeleine dans ses bras, puis assume l’intendance et tient la bourse de la maison dès 12 ans. 

Rose-May Hagen à l’âge de 2 ans et demi. 

Alors oui, question finances et débrouille, Rose-May en connaît un rayon, elle qui a toujours dû travailler et pour qui l’école ne fut pas un calvaire, mais bien une récréation lui accordant le droit d’être une enfant. Un de ses regrets est d’ailleurs de ne pas avoir pu réaliser davantage d’études; mais à l’époque, l’école ne durait que 6 mois par an et seuls les garçons avaient le droit de suivre l’école secondaire (et on ne vous parle même pas des études qui étaient réservées à une élite aisée).

Rose-May (en haut, à gauche) lors d’un cours de l’école ménagère à St Léonard, vers 1955.

Elle s’engage ainsi afin de combattre ces inégalités, malgré une santé chancelante et ses 40 kilos qui ne devaient pas peser bien lourd dans la balance sociale. Et pourtant… Forte de sa rage de vivre et de ses convictions, elle se fait engager auprès de Maurice Kuchler (en 1958), propriétaire de Kuchler-Pellet à Sion. Dans la lignée des grands magasins européens - comme Le Bon Marché ou Les Galeries Lafayette -, ce commerce de détail propose un vaste assortiment de produits répartis par sections spécialisées. Rose-May, grâce à ses connaissances en comptabilité, en gestion et en logistique, parvient rapidement à gravir les échelons au sein de cette «grande surface» en étant notamment responsable du prestigieux et très prisé rayon «Mercerie». 

Commandes, gestion du stock, comptabilité, accueil de la clientèle ou supervision du personnel, Rose-May est responsable Vente-Achat chez Kuchler-Pellet à la place du midi à Sion (ici, en 1961).

Sa vie prend une autre orientation grâce à ce camarade de classe révolutionnaire qui devient son petit ami, ce Clovis digne des plus grands conquérants, tout autant franc que ces ancêtres et déjà très engagé politiquement. Ils partagent le même âge, le même goût pour la justice et la défense des plus démunis, le même sens du travail et des responsabilités. Tous deux, orphelins de bonne heure, fondent rapidement une famille en se mariant en 1963.

Mariage de Rose-May Hagen avec Clovis Clivaz, le 15 juin 1963 à 8 heures (am).

Dès lors, Rose-May soutient son époux lors de ses nombreuses campagnes politiques qui le mènent notamment à la députation du Grand Conseil du Valais (de 1973 à 1985). 

Rose-May accompagne activement Clovis tout au long de son parcours politique, entend les gens et mesure ainsi les problèmes et défis sociaux à résoudre. 

Elle s’engage personnellement et devient conseillère communale à Veyras (1976-1980). De plus, elle se spécialise dans la fiscalité, aussi bien à un niveau politique (en participant à la loi fiscale) qu’à un niveau pratique (en prenant des cours spécifiques et en devenant une experte pour les impôts ou les assurances); elle devient ainsi la 1ère femme à la commission de taxation du district de Sierre, la 1ère femme présidente de la commission du service du feu à Veyras ou encore la 1ère femme huissière de Suisse (au Tribunal de Sierre). Parallèlement, deux garçons voient le jour, Pascal (1968) et Glenn (1971); c’est d’ailleurs pour ce dernier, ayant connu pendant un temps un avenir professionnel incertain, qu’a été fondée Clivaz Conseils SA, toujours dans l’optique de la famille… un problème, une solution. 

1992

Le 14 février 1992 est créée la société anonyme Clivaz Conseils SA, désireuse d’aider et de faciliter le quotidien des particuliers et des entrepreneurs. Poursuivant «simplement» les activités déjà réalisées depuis 30 ans, Rose-May devient l’Administratrice de la société. Elle profite ainsi pour se doter de réels outils professionnels, comme l’informatique. Fini les livres de comptabilité rédigés à la main, ou les feuilles d’impôts sur papier carbone qui noircit les copies, et vive les ordinateurs et logiciels numériques beaucoup plus clairs, simples et sécurisés.

GraphiqueCollé-3 copy.jpg

Clovis, Fondateur de Clivaz Conseils SA (1942-2008), a l’intime conviction qu’un réel développement - aussi bien commercial que personnel - ne peut se réaliser sans la compréhension globale du parcours de vie et un accompagnement individuel de qualité. Avec Rose-May, ils s’appliquent à privilégier le relationnel, l’écoute et la valorisation du travail.

Au fil des ans, l’offre et les conseils s’élargissent, passant de la fiscalité et de la comptabilité aux assurances (aussi bien des caisses maladies - avec une convention signée en 1996 en partenariat avec le groupe Mutuel -, qu’avec la Mobilière suisse), à l’immobilier,  à la gestion d’immeubles, à l’aide de créations d’entreprises ou à celle afin de régler des successions (par exemple lors de liquidations d’hoiries). Une quinzaine d’employé-e-s se succèdent dans la société qui gère notamment des entreprises provenant des trois secteurs (primaire, secondaire et tertiaire). Au nombre des mandats les plus originaux ou exigeants, on peut citer des déclarations d’impôts hors cantons ou à l’international, certaines entreprises de transports ou en élevage de poulets, ainsi qu’une écurie de chevaux de course. Mais plus que la variété des activités de ses clients (entre exploitations viti-vinicoles, restauration, coiffure, menuiserie, broyage de déchets, massage, maçonnerie ou sulfatage par hélicoptère), ce qui importe est toujours de considérer l’entier des besoins de la personne (ou de l’entreprise) afin d’y répondre de la manière la plus pertinente, professionnelle et surtout humaine. Rose-May peut de plus doter l’entreprise de connaissances issues de ses autres activités politiques (conseillère communale de Venthône de 1992 à 1996; député suppléante, puis députée au Grand Conseil valaisan de 1997 à 2005) ou sociales (comme le chant). 

Elle comprend ainsi, lors de la pandémie de coronavirus, le désarroi de certaines personnes âgées et offre un service supplémentaire et à domicile, celui de décharger les séniors des paiements en les réalisant par voie numérique.

Rose-May Clivaz-Hagen

Fondatrice et Directrice générale de Clivaz Conseils SA

 

«Pour moi, une feuille d’impôts n’est pas simplement un document fiscal ; elle est le témoin d’une vie, d’une famille, de soucis, de rêves, le miroir concret de vécus, l’histoire d’hommes et de femmes, essayant toujours de faire au mieux avec ce qu’ils ont. C’est cette optique, me permettant de voir au-delà des affaires administratives ou commerciales, qui me pousse à toujours m’investir pour aider et guider chacune et chacun, à trouver la meilleure solution. Ainsi, et à mon actif, je suis heureuse de pouvoir compter plus qu’un bilan comptable, de réels amis et une vie riche de partages profondément humains.»
 

Rose-May

2022

Après 60 ans d’intenses activités, dont 30 ans à la direction de Clivaz Conseils SA, il est désormais l’heure pour Rose-May de dresser un bilan. Plutôt que de se remémorer les difficultés et les heures sombres, elle préfère considérer sa chance d’avoir pu jouir d’une vie si remplie et d’avoir vu l’apparition des premières télévisions ou des premiers appareils électro-ménagers, des premiers congés payés, du premier pas de l’Homme sur la lune, du droit de vote des femmes, de la pilule contraceptive, de la démocratisation des transports ou encore des remarquables avancées de la médecine. Contrairement aux nostalgiques qui affirment que «c’était mieux avant», elle adore vivre avec son temps, celui de ses enfants et petits-enfants. Et à l’heure de ses 80 ans, au lendemain de cet anniversaire rond, et au jour du solstice d’hiver, elle passe le flambeau à sa descendance, à son fils Pascal et à sa famille qui partagent en droite ligne l’héritage familial. L’entreprise se dote dès lors de nouvelles compétences professionnelles et linguistiques et diversifie ses activités. Viennent ainsi s’ajouter aux activités de base - comptabilité, fiscalité, assurances, administration et immobilier -, des conseils en gestion, en affaires publiques et en développement personnel. 

L’évolution des logos de l’entreprise

L’évolution des logos de l’entreprise est révélatrice de son développement et de sa philosophie. L’un des changements majeurs est ainsi tout de suite visible, celui de l’introduction de l’informatique et des moyens digitaux. Le premier logo, représentant des mains et justement réalisé à la main, fait ainsi place à deux logos numériques de plus en plus étudiés, suivant en cela l’évolution sociétale.

1er logo  / 1992

GraphiqueCollé-4 copy.png

Cette solide poignée de mains symbolise le nécessaire rapport de confiance à la base de toutes relations, tandis que la couleur bleue a été choisie afin d’adoucir l’image que peut renvoyer une fiduciaire. La position des mains, l’une légèrement surélevée par rapport à l’autre, indique la volonté d’aider, d’accompagner la personne, de l’extirper de situations difficiles, de la tirer vers le haut.

2e logo / 2002 

Face à la complexification d’une société toujours plus exigeante, un logo d’une grande simplicité a été privilégié. Ces deux «C» imbriqués peuvent ainsi être lus comme les initiales du fondateur, comme un «8» inachevé - symbole de l’infini - ou encore comme la marque d’une alliance (les deux mains originelles se transformant en C). Ce minimalisme typographique suit en cela les pratiques développées par des grandes enseignes commerciales, faisant de cette épuration leur nouvelle marque de fabrique.

3e logo / 2022

Alors que les résultats obtenus par l’entreprise ne nécessitent plus d’insister sur ses compétences ou son professionnalisme, des valeurs plus intimistes sont mises en avant. Reprenant l’armoirie de la famille Clivaz, cette étoile à huit branches stylisée se veut une lumière et un guide. Celle-ci permet de puiser à la source des valeurs familiales, plaçant toujours au centre un partage privilégié, et indique le développement de l’entreprise déployant ses activités en toutes clarté et simplicité.   

bottom of page